Partager

Histoire du manga - Genres et origines

 
Par Melvin. 27 juin 2019
Histoire du manga - Genres et origines
Image: https://www.lingualift.com/blog/become-japanese-manga-artist/

Bien qu'aujourd'hui la France soit le deuxième pays consommateur de manga dans le monde, il s'agit encore d'un média très jeune dans nos contrées et assez méconnu mais dont les origines dans son pays d'origine, le Japon, remontent à plusieurs siècles.

On définit généralement un manga comme une bande dessinée japonaise, ce qui est une définition relativement juste bien qu'il faille le différencier des bandes dessinées franco-belge et ou des comics américains, tant dans le format que dans les codes, les habitudes d'écriture et le style de dessin, différences que nous détaillerons dans la suite de cet article.

Apparu au début comme un phénomène de mode en Occident via l'intermédiaire des séries d'animation, le manga s'est rapidement fait une place dans les rayons des libraires. On parle aujourd'hui d'un art qui, bien que parfois décrié, a acquis ses lettres de noblesses via des œuvres majeures dont nous verrons quelques exemples.

Que vous soyez amateur de manga ou simple curieux, ToutCOMMENT vous propose dans cet article Histoire du manga - Genres et origines de revenir sur l'histoire du manga au Japon, ses origines, son évolution et les différents genres de manga afin que vous puissiez vous y retrouver et découvrir des œuvres adaptées à vos préférences.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Les grands écrivains français qui ont marqué l'Histoire

Les origines du manga

Pour comprendre d'où viennent les mangas, il faut remonter jusqu'au Japon du VIIIème siècle, époque à laquelle on retrouve les premières œuvres graphiques appelés "emaki" qui étaient composées d'un mélange de motifs peints et de calligraphies, le tout peint sur des rouleaux qui étaient généralement offerts à des nobles. Sur ces rouleaux, longs parfois de plusieurs mètres, étaient représentées des scènes de guerre, des légendes nippones ou des scènes de la vie quotidienne qui mettaient en valeur les seigneurs.

À cette époque, les histoires racontées étaient encore assez sérieuses et n'arboraient pas encore les codes du manga. Il faudra atteindre le XIIème siècle et le Chôjû-giga, ("caricatures de la faune"), une estampe japonaise considérée de nos jours comme trésor national et qui met en scène de façon humoristique les animaux de la mythologie japonaise.

L'oeuvre de Hokusai

C'est avec un certain Hokusai, peintre, dessinateur et graveur du XIXème siècle, que les codes et le terme même de "manga" apparaissent. C'est un artiste extrêmement influent spécialiste des paysages qui a inspiré des peintres européens comme Vincent van Gogh ou Claude Monet lors de leurs venues au Japon, et qui est mondialement connu pour son estampe "La Grande Vague de Kanagawa". Cependant, ce n'est pas cette oeuvre qui nous intéresse mais plutôt les carnets de dessins qu'il transportait toujours avec lui et sur lesquelles il "gribouillait" de courtes histoires caricaturales qui le plus souvent représentaient des scènes quotidiennes du peuple : il les nommait alors "manga", que l'on peut difficilement traduire par "dessins dérisoires" ou "esquisses légères".

Imprimerie et influence occidentale

Jusqu'à alors, ces dessins étaient alors relativement peu connus mais un événement changera la donne à la fin de ce même siècle : l'ouverture du Japon aux occidentaux, autrefois totalement renfermé culturellement. Les artistes japonais découvrent alors la presse satirique anglaise et les caricatures du dessinateur français Georges Ferdinand Bigot. Les japonais se mettent alors à imprimer massivement les premiers journaux satiriques en langue japonaise qui connaîtront un succès retentissant, étant le premier média populaire à moquer ouvertement le pouvoir du Shogunat. Plus tard, des dessinateurs japonais travailleront en collaboration avec des revues telles que Le Chat Noir à Paris ou le New York Herald, influences qui donneront naissance aux premiers mangas découpés en cases, comme les strips aux États-Unis, seulement le sens de lecture changera pour s'adapter au japonais, de droite à gauche. On considère que le premier "vrai" manga fut dessiné par Kitazawa et publié en 1902.

Histoire du manga - Genres et origines - Les origines du manga

Histoire du manga moderne

Alors que les mangas faisaient leur apparition dans les journaux populaires, les artistes les plus reconnus furent "réquisitionnés" par le gouvernement pendant la Seconde Guerre Mondiale pour réaliser des mangas de propagande de guerre. Cette guerre marqua énormément la société japonaise ainsi que toute une génération d'auteurs : leur pays qu'ils pensaient invincible fut humilié, détruit par les bombardements et finalement occupés par les américains. C'est dans ce climat de traumatisme et d'influence américaine que de nouveaux auteurs apparaissent dont le fameux Tezuka.

Osamu Tezuka, le dieu du manga

Résumer l'oeuvre de Tezuka n'est pas chose facile tant il a contribué à ce qu'allait devenir le manga moderne, au point qu'on le considère aujourd'hui comme "le dieu du manga". Son manga le plus connu est très certainement Astro, le petit robot, sorti en 1952, très inspiré des travaux de Walt Disney, et notamment de Mickey Mouse, qu'il admirait beaucoup. Ses œuvres révolutionnèrent les codes de l'époque, en introduisant des effets de mouvements au dessin et des onomatopées le tout dans des mises en scène expérimentales ou cinématographiques. Bien que les mangas de Tezuka présentaient des personnages jeunes et dont le public cible était davantage les enfants, il fut l'un des premiers à aborder des thèmes plus matures comme le deuil ou la condition humaine. Soufflé par les premiers courts métrages de Disney, il fonde sa propre société de production, Mushi Production, qui réalisera l'adaptation animée de Astro, le petit robot, premier grand succès de l'animation japonaise.

Mentionnons quelques unes de ces œuvres majeures qui méritent vraiment de s'y intéresser :

  • Astro, le petit robot 1952 - 1968, plus connu sous le nom d'"Astro Boy" en France.
  • Le Roi Léo, 1950 - 1954, dont le film d'animation a énormément influencé "Le Roi Lion" de Disney.
  • Black Jack, 1973 - 1983, un drame très marqué par les traumatismes de la Seconde Guerre Mondiale.
  • Bouddha, 1983 - 1984, un ovni du manga qui met en scène des figures du bouddhisme.

Explosion du manga

De nouveaux auteurs, inspirés par les travaux de Tezuka, feront naître un nouveau genre, le "gekiga", des mangas plus matures dont certains sont devenus cultes comme Golgo 13 (Takao Saitō) ou Ashita no Joe (Tetsuya Chiba/Asao Takamori).

Également, arrivent dans les années 1970, les premières femmes auteures qui créent leur propre genre avec ses propres codes à destination d'un public davantage féminin, le shōjo, qui s'attarde plus sur les relations psychologiques entre les personnages.

C'est dans les années 1980 que les éditeurs comprennent que le manga commence à peser dans l'économie japonaise. On voit alors apparaître une consommation mercantile des mangas : ils débarquent en occident avec séries et des films tels que Goldorak, Candy ou Albator, accompagnés d'un arsenal de produits dérivés. L'histoire du manga en France n'a pas toujours été rose puisque c'est à cette époque que l'on assiste à une vague anti-manga contre le Club Dorothée (principal programme à diffuser de l'animation japonaise) qui se méfie de cette "invasion culturelle massive" et craint que le manga ne fasse de l'ombre à la bande dessinée franco-belge.

Le manga sera finalement reconnu comme élément important de la culture japonaise en 1990 lorsque Tezuka recevra à titre posthume le prix culturel de Tokyo.

Histoire du manga - Genres et origines - Histoire du manga moderne
Image: http://nippon-sensei.over-blog.com/2016/03/portrait-osamu-tezuka-le-dieu-du-manga.html

Animation japonaise et manga

Beaucoup confondent mangas et animés (forme abrégée de "animation japonaise"). Ce sont aujourd'hui en effet deux médias indissociables. Les animés sont en fait le support audiovisuel des mangas, dont ils en sont souvent l'adaptation bien que de nombreuses sociétés de production réalisent leurs propres séries ou longs métrages d'animation. Nous l'avons vu, Tezuka fut l'un des premiers à produire des longs métrages. Depuis, des œuvres majeures sont nées de l'imagination d'auteurs, libérés de la contrainte artistique d'une adaptation de manga, comme les studios Gainax, mondialement reconnus pour leur série Neon Genesis Evangelion, véritable pilier du genre "mecha", Katsuhiro Ōtomo avec Akira ou encore les studios Ghibli qui, avec Hayao Miyazaki, ont réalisé quelques uns des plus grands succès du box office japonais comme Le Château dans le ciel, Mon voisin Totoro, Princesse Mononoké, Le Voyage de Chihiro etc.

De nos jours, les animés constituent à la fois une forme de reconnaissance pour les mangakas qui voient leurs œuvres portées à l'écran mais également un outil mercantile extrêmement efficace qui rapporte énormément d'argent, ce qui conduit à une surproduction et un sentiment de redondance dans un marché qui a aujourd'hui du mal à séduire un nouveau public, bien que cela soit à relativiser au vu du succès de films d'animation comme Your Name. sorti en 2016 et qui a fait plus d'entrées au Japon que Titanic ou le premier Harry Potter à leur époque.

Histoire du manga - Genres et origines - Animation japonaise et manga

Différences entre manga et bande dessinée

Il est vrai qu'à première vue le manga et la BD sont des médias très similaires mais qui répondent chacun à des codes de narration et dessin différents. Ainsi, leurs différences ne se limitent pas seulement à leur pays d'origine. Découvrons quelles sont les principales différences entre manga et bande dessinée :

  • Le format : Les BD se présentent sous forme d'albums en couleurs et qui comptent en moyenne 46 pages, contre 180 pour les mangas, et qui eux sont en noir et blanc à l’exception de certaines doubles pages et des couvertures. De plus, les mangas sont rarement réalisés par une seule personne : l'auteur est souvent accompagné d'une équipe de deux à plusieurs dizaines de personnes, ce qui permet un rythme de sortie plus soutenu, contrairement aux BD qui sont souvent l'oeuvre d'un seul auteur. Enfin, les mangas se lisent dans le sens de lecture japonais, c'est-à-dire de droite à gauche.
  • La narration : La bande dessinée est souvent pensée comme une seule histoire, avec un début et une fin dans le même album (ex: Astérix / Les Aventures de Tintin) quant il ne s'agit pas d'une mini histoire par page (ex: Titeuf / Gaston). À l'inverse, les mangas sont écrits en chapitres qui composent un tome et dont l'entièreté de l'histoire se poursuit sur différents tomes.
  • Le dessin : De manière générale, le dessin manga se préoccupe peu du réalisme et mise sur l'efficacité de l'action et accentue volontairement les caractéristiques physiques des personnages pour les rendre plus uniques. C'est dans cette optique que l'on retrouve des éléments comme des grands yeux très expressifs, des "traits de vitesse" ou d'autres effets graphiques, des cheveux colorés etc. Aussi, on retrouve beaucoup moins de dialogues dans les mangas que dans les bandes dessinées. Notons enfin que le fait que de nombreuses personnes travaillent sur un même manga a tendance à effacer le style de dessin des auteurs et contribue à une certaine uniformisation du dessin, contrairement à la BD où le style de l'auteur est bien plus marqué.
  • Le système éditorial : L'édition est un processus complexe radicalement différent au Japon et en France. En ce qui concerne les mangas, ceux-ci sont publiés en chapitres à un rythme hebdomadaire dans des magazines de prépublication tels que le Weekly Shonen Jump via lesquels les lecteurs sont invités à voter pour choisir quels sont les mangas qui leurs plaisent le plus afin de les publier en tomes. Pour ce qui est de la BD, la publication a lieu après discussion sans intermédiaire entre auteurs et maisons d'édition.
  • Les genres : Le manga est un art très codifié qui possèdent ses propres genres et styles que l'on ne retrouve pas dans la BD (nous détaillerons ce point dans la suite de cet article Histoire du manga - Genres et origines).

Évidemment, les éléments que nous mentionnons ici sont des généralités et des codes, il existe donc de nombreuses œuvres qui ne respectent pas ces critères.

Histoire du manga - Genres et origines - Différences entre manga et bande dessinée
Image: https://toulousemanga.fr/lecole-mondiale-du-manga/lecon-8/

Les genres de manga

Les mangas sont traditionnellement classés en divers genres très codifiés qui sont déterminés par le public à qui ils sont destinés, bien qu'en réalité cela dépend davantage du magazine dans lequel ils sont pré-publiés. Découvrez ci-dessous les principaux genres de manga avec des exemples populaires afin que vous puissiez vous faire une idée plus concrète :

Le genre de manga Shōnen

Certainement le genre le plus répandu, il s'adresse techniquement aux garçons adolescents. La structure narrative suit généralement le schéma définit du héros qui part à l'aventure et qui doit se battre pour atteindre ses rêves. Les thèmes abordés dans les Shōnen peuvent être très variés mais on y retrouve la plupart du temps l'amitié, le dépassement de soi et le courage (on appelle cet archétype le Nekketsu). Mais également, de nombreux mangas Shōnen mettent en scène des protagonistes garçons ou filles dans un lycée qui font face à leurs problèmes d'adolescents (le Gakuen).

Quelques exemples de Shōnen populaires :

  • Dragon Ball (Akira Toriyama)
  • Gundam (Yoshiyuki Tomino et Hajime Yatate)
  • Great Teacher Onizuka (Tôru Fujisawa)
  • Olive et Tom (Yōichi Takahashi)
  • One Piece (Eiichiro Oda)
  • Death Note (Takeshi Obata et Tsugumi Ōba)

Le genre de manga Shōjo

À l'inverse du Shōnen, le Shōjo s'adresse davantage aux jeunes adolescentes. Le ton général et les thèmes abordés tournent autour de la psychologie des personnages et de leurs sentiments, qui sont souvent plus développés que dans les Shōnen. On y retrouve deux sous-genres majeurs : la romance et le Magical girl, dans lequel les héroïnes se battent à l'aide de pouvoirs surnaturels.

Quelques exemples de Shōjo populaires :

  • Sailor Moon (Naoko Takeuchi)
  • Fruits Basket (Natsuki Takaya)
  • Nana (Ai Yazawa)
  • Cardcaptor Sakura (CLAMP)
  • Blue Spring Ride (Io Sakisaka)
  • Yona, princesse de l'aube (Mizuho Kusanagi)

Le genre de manga Seinen

Le Seinen est un genre de manga destiné à un public adulte. Le contenu mature de ces œuvres peuvent être de natures différentes : violence physique ou psychologique, drame, sexualité, intrigue politique, polar... Ils sont généralement déconseillés au moins de 16 ans et sont très populaires auprès des jeunes adultes japonais.

Quelques exemples de Seinen populaires :

  • Berserk (Kentaro Miura)
  • Elfen Lied (Lynn Okamoto)
  • Akira (Katsuhiro Ôtomo)
  • Ikigami, préavis de mort (Motorô Mase)
  • Gunnm (Yukito Kishiro)
  • Gantz (Hiroya Oku)
  • Parasite (Iwaaki Hitoshi)

Le genre de manga Kodomo

Il s'agit d'un genre tout mignon puisqu'il vise les jeunes enfants. Les Kodomo présentent des personnages mignons, souvent des animaux, dans des péripéties farfelues du quotidien, en somme l'équivalent japonais des dessins animés pour enfants que l'on retrouve sur les chaines jeunesses en France.

Quelques exemples de Kodomo populaires :

  • Hamtaro (Ritsuko Kawai)
  • Doraemon (Fujiko Fujio)
  • Chi, une vie de chat (Konami Kanata)
  • Heidi (Yumiko Igarashi)
  • Yotsuba (Kiyohiko Azuma)
  • Le roi Léo (Osamu Tezuka)

Le genre de manga Josei

Enfin, terminons notre liste des genres de manga avec le Josei, que l'on pourrait définir comme le pendant féminin du manga Seinen. En effet, les œuvres de ce genre vise un public de jeunes femmes ou d'adultes, bien qu'à l'international la confusion entre Shōjo et Josei est encore très présente. Même si ce genre de manga parle souvent de romance de façon plus mature en abordant des thèmes comme la sexualité, l'adultère ou l'homosexualité, beaucoup se présentent comme des mangas d'action ou de fantasy mettant en avant des personnages féminins forts.

Quelques exemples de Josei populaires :

  • Claymore (Norihiro Yagi)
  • A Silent Voice (Yoshitoki Ōima)
  • Bride Stories (Kaoru Mori)
  • Citrus (Saburōta)
  • Banana Fish (Yoshida Akimi)
  • Mother Sarah (Katsuhiro Otomo et Takumi Nagayasu)
Histoire du manga - Genres et origines - Les genres de manga
Image: https://www.livreshebdo.fr/article/le-manga-mis-nu

C'est ici que se termine cet article Histoire du manga - Genres et origines de ToutCOMMENT. S'il vous a plu, n'hésitez pas à consulter les liens suivants :

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Histoire du manga - Genres et origines, nous vous recommandons de consulter la catégorie Travaux manuels et temps libre.

Bibliographie
  • https://www.du9.org/dossier/une-breve-histoire-du-manga/
  • https://gogonihon.com/fr/blog/les-origines-du-manga-japonais/
  • https://www.animeka.com/articles/les-origines-historiques-du-manga.html
  • http://www.lecinemaestpolitique.fr/quelques-reperes-sur-lanimation-japonaise-histoire-et-representation-des-femmes/

Écrire un commentaire sur Histoire du manga - Genres et origines

Qu'avez-vous pensé de notre article?

Histoire du manga - Genres et origines
Image: https://www.lingualift.com/blog/become-japanese-manga-artist/
Image: http://nippon-sensei.over-blog.com/2016/03/portrait-osamu-tezuka-le-dieu-du-manga.html
Image: https://toulousemanga.fr/lecole-mondiale-du-manga/lecon-8/
Image: https://www.livreshebdo.fr/article/le-manga-mis-nu
1 sur 6
Histoire du manga - Genres et origines

Retour en haut